13
Apr

Homage to Hmong Women and their Know How

          On March, 7th this year, on the eve of the International Day for women, the preview of an exhibition of photographs of Hmong women took place, presenting their ancestral know-how hemp weaving. This event organized in Hanoi Women’s Museum had been initiated by the French NGO BATIK International with which Easia Travel has been working on the project “Ethnic Minorities and Craft” for almost three years, promoting goods derived from this work, and offering visits to 2 cooperatives in the North of the country.

          We could not but miss the launch of this beautiful project and were lucky to meet the creator of these amazing pictures. A young French photographer living in Hanoi for the past six months, Jérémie Lusseau kindly agreed to answer our questions.

 

          For more information aboutEthnic Minorities and Handicraft, please visit our professional website: Easia-pro.com (English version) or Easia-pro.com (French version).

 

          Translation in French is following

 

 

 

1. How did this collaboration begin with the NGO Batik International, which initiated this project to help the women of the Hmong ethnic community?

          I met Stéphanie Bénamozig, the representative for BATIK International in Hanoi a while ago. She had seen my photographic work and was about to set out on one of her lastmissions in Ha Giang. She offered for me to go with her and to set up a partnership with France Volontaires, the organisation for which I work, in order to complete a documentary work highlighting the know-how of the women in the cooperatives. I immediately agreed, seeing the opportunity to discover a region of Vietnam I did not yet know, as well as its inhabitants. Moreover, I thought the projects led by BATIK International were interesting and worth documenting in pictures.

 

2. Tell us about your trip to Ha Gian, the region in which they live and work.

          The Ha Giang region may be relatively remote; it can nevertheless be reached quite easily as long as one’s patient! The few hours by bus from Hanoi to Quan Bagive you time to soak in the journey. Then the ride in a « Xe Om » (motorbike taxi) from Quan Ba to Ha Giang really immerse you into the atmosphere: less and less frequented tortuous roads on the hillside, huge mountains rising in the distance… Arriving in Can Ty and Lung Tamwas memorable for me who had not had many opportunities to get out of Hanoi. I felt like I was discovering the “true” side of Vietnam, which was also the one I had come here for.

 

 

 

3. Which were the strong points and the teachings you drew from meeting these women?

          I don’t think there was a particularly strong point.The whole experience was strong. I think that what impressed me the most was these women’s determination. Indeed, work in the cooperative is for them an additional task they decide to undertake on top of their work in the fields, their children’s education, the household chores… I admire this enterprise they’ve undertaken despite the sacrifices it implies.

 
4. What did you think was important to capture and sublimate during your report? Was your work as a photographer done differently in this context?

          What I found most interesting was to capture daily life, which is not easy when you come in for a few days and by your very presence, you modify the daily life you are trying to capture! The idea was thus to make myself as small as possible, to let the women go about their daily tasks and to try and capture snapshots. This is the way I try to work as a rule, I believe that the more you make yourself be forgotten, the more chances you’ll have to take “real” pictures. The women had been told about my presence and its objective by the BATIK International team and my arrival was therefore easy, without being perceived as an intrusion.The photos I took were also given to them as soon aspossible;I think it is important to proceed in this manner.

 

 

 

5. What do you think of these traditionally produced hemp products?

          To my mind, these objects have a dual dimension. On the one hand, they are beautiful products, but beyond this, these objects touch me because they represent a testimony, that of a technique that is under increasing threat. They are the evolution of an age-old tradition, in strong competition with the manufactured goods, most of them imported and often of dubious quality. Buying these products also provide the certainty that the people who designed and made them will be decently paid according to the work they have put in it.

 

6. Tell us about this exhibition, which is a homage to these women and their work: is it going to continue? Are your photographs for sale?

          At present, the aim is for this exhibition to be presented in various venues in Hanoi, and then beyond. We hope to present it as the Museum of Ethnologyin the next few months, and proceed with a “tour” in order to carry on with the work of information and awareness around BATIK International and its projects. The photographs that make up this exhibition are indeed for sale and the profits will go to BATIK Internationalto finance its future projects.

Jérémie Lusseau

www.jeremie-Lusseau.net

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * 

          Le 7 mars dernier, veille de la journée internationale de la femme, a eut lieu le vernissage d’une exposition de photographies des femmes Hmong et de leur savoir-faire ancestral : le tissage du chanvre. Cet événement organisé au Musée de la femme de Hanoi, a été initié par l’ONG française BATIK International avec laquelle Easia Travel travaille sur le projet « Minorités Ethniques et Artisanat » depuis près de 3 ans, en promouvant les produits issus de ce travail, et en proposant des visites dans 2 coopératives du Nord du pays.

          Nous ne pouvions rater l’inauguration de ce beau projet, et avons eu la chance de rencontrer le créateur de ses étonnants clichés. Jeune photographe français installé à Hanoi depuis tout juste 6 mois, Jérémie Lusseau a gentiment accepté de répondre à nos questions.


1. Comment est née cette collaboration avec l’ONG Batik International, initiatrice de ce projet d’aide aux femmes de l’ethnie Hmong?

          J’ai rencontré Stéphanie Bénamozig, la représentante de BATIK International à Hanoï il y a quelques temps. Elle avait aperçu mon travail photographique et s’apprêtait alors à mener une de ses dernières missions à Ha Giang. Elle m’a proposé de l’accompagner et de monter un partenariat avec France Volontaires, organisation pour laquelle je travaille, afin de réaliser un travail documentaire qui permettrait de mettre en avant le savoir-faire des femmes des coopératives. J’ai immédiatement accepté en voyant là une opportunité d’aller à la rencontre d’une région du Vietnam que je ne connaissais pas encore et de ses habitants. De plus, les projets menés par BATIK International me semblaient intéressants et pertinents à mettre en images.

 

2. Racontez-nous votre petit périple jusqu’à Ha Giang : région dans laquelle elles vivent et exercent leur métier !

          La région de Ha Giang a beau être relativement reculée, il est néanmoins possible d’y accéder assez facilement à condition de s’armer d’un peu de patience ! Les quelques heures de car depuis Hanoï jusqu’à Quan Ba laissent le temps de s’imprégner du voyage. Puis le trajet en « Xe Om » (taxi moto) de Quan Ba à Ha Giang nous plonge vraiment dans l’ambiance : des routes tortueuses à flancs de collines de moins en moins fréquentées, de grandes montagnes qui s’étendent au loin… L’arrivée à Can Ty et Lung Tam était marquante pour moi qui étais arrivé au Vietnam très récemment et n’avais pas eu beaucoup d’occasions de sortir de Hanoï. J’ai eu l’impression de découvrir une « vraie » facette du Vietnam qui était aussi celle que j’étais venu chercher ici.

 

3. Quels sont les moments forts et les enseignements issus de votre rencontre avec ces femmes ?

          Je ne crois pas qu’il y ait eu « un moment fort » en particulier, l’ensemble de cette expérience était marquant. Je crois que ce qui m’a le plus impressionné était la détermination de ces femmes. En effet, le travail dans la coopérative est pour elles une tâche supplémentaire dont elles décident de s’acquitter en plus du travail aux champs, de l’éducation des enfants, des tâches ménagères… Je suis admiratif de cette entreprise dans laquelle elles se lancent malgré les sacrifices que cela peut impliquer…

 

4. Quelles sont les choses qui vous ont parues importantes de « saisir » et de sublimer lors de votre reportage photo ? Et votre travail de photographe a-t-il été mené différemment dans ce contexte ?

           Ce qui m’intéressait avant tout était d’essayer de saisir un quotidien, ce qui n’est pas évident quand on débarque pour quelques jours et que par sa présence même, on modifie ce quotidien qu’on essaye de capter ! L’idée était donc de se faire le plus petit possible, de laisser les femmes vaquer à leurs activités et d’essayer de saisir des instantanés. C’est la manière dont j’essaie de travailler en règle générale, je crois que plus on arrive à se faire oublier et plus on aura de chances de faire des images qui seront « vraies ». Les femmes avaient été prévenues de ma présence et de son but en amont par l’équipe de BATIK International et mon arrivée a donc pu se faire facilement, sans être vécue comme une intrusion. Les photos prises leur ont également été transmises dès que possible, il me semble important de procéder de cette manière.

 

5. Que pensez-vous de ces objets en chanvre produits artisanalement?

          Ces objets ont à mon sens deux dimensions. D’une part ce sont des produits qui sont esthétiques, mais au-delà de ça, ces objets me touchent par ce qu’ils représentent un témoignage, celui d’un savoir-faire de plus en plus menacé. Ils sont l’évolution d’une tradition ancestrale, durement concurrencée par des produits manufacturés, importés pour la plupart, et d’une qualité parfois douteuse… Le fait d’acheter ces produits donne également la certitude que les personnes qui les ont conçus et fabriqués seront rémunérées convenablement par rapport au travail qu’elles y ont investi.

 

6. Parlez-nous de cette exposition en hommage à ces femmes et à leur métier : va-t-elle avoir une suite ? Vos photos sont-elles mises en vente ?

          A l’heure actuelle, l’objectif est que cette exposition puisse être présentée dans différents lieux de Hanoï, puis au-delà par la suite. Nous espérons pouvoir la présenter au musée d’Ethnologie dans les mois qui viennent puis poursuivre sa « tournée » afin de continuer le travail d’information et de sensibilisation autour de BATIK International et de ses projets. Les photos qui composent cette exposition sont en effet en vente, au profit de BATIK International afin de financer des projets futurs.

 

Jérémie Lusseau

www.jeremie-Lusseau.net